Membres

ISAE-SUPAERO

Leader mondial de l’enseignement supérieur pour l’ingénierie aérospatiale, l’ISAE-SUPAERO offre une gamme unique de formations de très haut niveau : ingénieur ISAE- SUPAERO, ingénieur par apprentissage CNAM-ISAE, master « Aerospace Engineering » en anglais, 5 masters orientés recherche, 15 Mastères Spécialisés, 6 écoles doctorales.

L’ISAE-SUPAERO rassemble plus de 100 enseignants et chercheurs permanents et 1700 étudiants et doctorants, et s’appuie sur 1800 professeurs vacataires issus du monde professionnel. Il partage son campus avec le centre ONERA de Toulouse. Plus de 30 % de ses 650 diplômés annuels sont étrangers. Son réseau d’alumni compte plus de 21 500 anciens diplômés sur tous les continents.
Il développe une politique de recherche tournée vers les besoins futurs des industries aérospatiales ou de haute technologie avec qui, il a mis en place plus de dix chaires d’enseignement et de recherche.

Sur le plan international, l’ISAE-SUPAERO coopère avec les meilleures universités mondiales (Caltech, Stanford, Georgia Tech, UC Berkeley, EP Montreal, TU Munich, TU Delft, …).

UPS

Au cœur du consortium associant acteurs industriels de la filière aéronautique et spatiale et acteurs académiques, l’université Toulouse III Paul Sabatier propose une grande variété de formations dans le domaine de l’aéronautique, de l’espace et des systèmes embarqués. La qualité et la diversité de cette offre faite aux étudiants de tous niveaux (IUT, licences généralistes, licences professionnelles, masters, formation tout au long de la vie) s’appuient sur les activités de recherche menées dans les nombreux laboratoires dont l’université Paul Sabatier est tutelle avec ses partenaires, organismes de recherche ou autres établissements d’enseignement supérieur et de recherche du site toulousain.
Même si la qualité des formations explique en grande partie le recrutement important des jeunes diplômés de l’université Paul Sabatier dans les entreprises du secteur sur le territoire régional et national, la variété des formations est aussi une richesse pour l’écosystème local. L’offre de formation se décline sur plusieurs niveaux allant du diplôme universitaire de technologie(Bac+2) au Master (Bac+5) :

 

• Trois spécialités d’IUT sont dédiées au secteur aéronautique (mécanique et productique, électrique et informatique industrielle et mesures physiques).
• Dix licences professionnelles sont orientées vers les métiers relevant du secteur aéronautique, spatial et des systèmes embarqués,
• Trois licences généralistes préparent au domaine de la mécanique aéronautique et du spatial
• Quinze masters sont fléchés sur l’ingénierie aéronautique (matériaux, conception, modélisation), spatiale (techniques instrumentales, télédétection, astrophysique) et des systèmes électroniques et embarqués (temps réel, télécommunications, imagerie) autorisant les jeunes diplômés à s’orienter vers des carrières d’ingénieurs ou vers la recherche académique, ou dans l’industrie par la poursuite en doctorat.
Ces parcours de formation sont en grande majorité adossés aux recherches conduites par les équipes dans les laboratoires relevant des différents pôles de recherche :

 

• Le Pôle UPEE (Univers, planètes, espace et environnement) avec les laboratoires IRAP (Institut de recherche en astrophysique et planétologie), CESBIO (Centre d’études spatiales de la biosphère), LEGOS (Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales), LA (Laboratoire d’aérologie) et GET (Géosciences et environnement)
• Le Pôle MST2I (Mathématiques, sciences et techniques de l’information et de l’ingénierie) avec les laboratoires LAPLACE (Laboratoire plasma et conversion d’énergie), LAAS (Laboratoire d’architectures et d’analyses des systèmes), ICA (Institut Clément Ader) et IRIT (Institut de recherche en informatique de Toulouse
• Le Pôle SDM (Sciences de la matière), avec les laboratoires CIRIMAT (Centre inter- universitaire de recherche et d’ingénierie des matériaux) et CEMES (Centre d’élaboration des matériaux et d’études structurales).

 

Sans être exhaustif, dans ces différentes unités, sont développées des activités de recherche fondamentales et finalisées à visée aéronautique et spatiale, centrées sur l’étude des structures, des systèmes et des procédés mécaniques, mais également sur des métaux et des alliages, sous différentes formes, depuis la conception jusqu’à leur comportement en service aéronautique. Des unités sont impliquées dans le domaine du spatial, de la télédétection, de l’observation spatiale et terrestre et des capteurs. Enfin, la recherche sur les systèmes embarqués vise la conception, la commande et le diagnostic de composants électriques et leur sûreté de fonctionnement.

IRAP

L’Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie (IRAP) est une Unité Mixte de Recherche (UMR 5277) du CNRS et de l’Université de Toulouse III Paul Sabatier (membre de la COMUE Université Fédérale de Toulouse Midi Pyrénées).

Les objectifs scientifiques de l’IRAP concernent l’étude et la compréhension de l’Univers et de son contenu : la Terre en tant que planète, son environnement spatial ionisé, le soleil et ses planètes, les étoiles et leurs systèmes planétaires, le milieu interstellaire, les galaxies, les tous premiers astres et le Big Bang primordial.

 

Avec un effectif de personnels techniques qualifiés dans le domaine de la conception, la construction, l’intégration et l’exploitation d’instruments au sol et dans l’espace ainsi que d’expériences de laboratoire permettant de caractériser les processus physiques, l’IRAP est un des pôles majeur de l’astrophysique sol-espace en France.

INSA

Avec plus de 16 000 ingénieurs, présents dans tous les secteurs de l’économie, l’Institut National des Sciences Appliquées de Toulouse, école d’ingénieur publique, pluridisciplinaire et internationale, est reconnue pour l’excellence de sa formation en cinq ans après le bac, qui attire des élèves de haut niveau.
L’accueil et l’accompagnement de publics diversifiés font partie des valeurs et de la culture identitaire définies par les fondateurs de l’INSA Toulouse et portées par la direction de l’école.
L’Institut développe également une recherche scientifique de pointe au sein des 8 laboratoires et place l’innovation au cœur de ses processus.

Chiffres clés : – 3 048 étudiants dont 2 538 élèves ingénieurs – 8 spécialités de formation ingénieur – 8 laboratoires de recherche – 23 % d’étudiants étrangers

ONERA

L’ONERA (Office National d’Études et de Recherches Aérospatiales) est le premier acteur français de la recherche technologique en aéronautique, espace et défense.

Il a pour mission de développer et d’orienter les recherches dans le domaine aérospatial ; de mettre en œuvre les moyens nécessaires à l’exécution de ces recherches ; d’assurer la diffusion sur le plan national et international des résultats de ces recherches, d’en favoriser la valorisation par l’industrie aérospatiale et de faciliter éventuellement leur application en dehors du domaine aérospatial.

À ces divers titres, il est notamment chargé :

• D’effectuer lui-même ou de faire effectuer, à son initiative ou à la demande, toutes études et recherches intéressant l’industrie aérospatiale

• De réaliser des moyens d’essais et de calcul au profit de la recherche et de l’industrie aérospatiale et de les mettre en œuvre

• D’assurer la liaison avec les organismes français, étrangers et internationaux dont l’activité peut contribuer à l’avancement de la recherche aérospatiale

• D’assurer la diffusion et la valorisation des résultats obtenus, en particulier par publications, brevets, licences d’exploitation

• De promouvoir le lancement ou le développement d’initiatives utiles à la recherche ou à l’industrie aérospatiale

• D’assister, en tant qu’expert et à la demande, les organismes et services officiels

• D’apporter son concours à la politique de formation à la recherche et par la recherche

En liaison avec le Centre National d’Études Spatiales, et par le biais de nombreuses collaborations nationales et internationales (CSUT, ADS, DLR…), il contribue aux recherches et aux réalisations expérimentales dans le domaine spatial.

L’ONERA emploie environ 2 000 personnes, dont plus de 300 doctorants et post-doctorants. Il dispose de plateformes d’essais, de moyens d’investigation et de caractérisation, de démonstrateurs uniques en Europe, et de moyens de calcul propres (Supercalculateur NEC, 667 Tflops crête, 17360 cœurs, présent dans le top 500).

Partenaires

USPACE

U-Space fournit un service de système spatial complet basé sur les CubeSats 3U et 6U. Notre cœur de métier est l’ingénierie système. Nous fournissons des solutions complètes entièrement adaptées aux besoins de nos clients, sur lesquelles ils peuvent construire des services professionnels à forte valeur ajoutée.

Nos offres s’appuient sur  le travail que nous avons mené ces 5 dernières années au CNES, où nous avons développé et mis en œuvre certaines des meilleures innovations au monde.

Nous achetons des équipements auprès des meilleurs fournisseurs  afin de garantir la qualité et la performance maximale de nos produits.

NEXEYA

NEXEYA est l’un des trois premiers fournisseurs européens de panneaux sandwich, de MLI’s, de harnais satellite (instrument, charge utile, plateforme) et lanceur (Ariane), de packaging de batteries, et de bancs de test SCOE’s et OCOE’s.

NEXEYA développe également sa propre gamme de nano-satellites, appelé HEMERIA permettant à des professionnels non-avertis d’avoir un accès rapide, très concurrentiel et performant à l’espace. NEXEYA propose une gamme de petites plateformes 6U à 27U, de 10 à 40 kg, dotées d’une excellente fiabilité de fonctionnement.

Quel que soit le projet, les équipes de NEXEYA travaillent dans un environnement adapté aux contraintes et aux normes du secteur spatial. Avec plus de 2000m² de salles blanches d’intégration (ISO 8) et des équipes d’experts possédant des connaissances approfondies et une pratique solide des référentiels ECSS, RNC, NASA, MIL et ARIANESPACE, NEXEYA s’engage dans la réussite de ses clients